lundi 17 janvier 2022

Neige en forêt


 

Rails abandonnées dans la forêt vers Sembadel

Les journées ensoleillées offrent des moments de bonheur pur, quand, calée sur mon pliant, entourée de toute part par la fraicheur de la neige et la quiétude de la forêt, je laisse rouler mes pensées sur ces rails où les trains ne passent plus.

jeudi 6 janvier 2022

Là-haut…
La plus petite des galeries pare-neige de Larzalier, sur le Causse de Monbel, à 1215 m d'altitude. C'est sur le trajet du plus haut chemin de fer à voie normale de France, le Translozérien, entre Mende et la Bastide. L’arrivée du TER a fait fuir un rapace dans le ciel. Le plateau s’écrit en bleu et blanc.

mercredi 6 octobre 2021


 Près de Julliange, une gare où le train passe encore mais sans s'arrêter et seulement en été. Traverses en bois, vieux tirefonds et herbes folles. Le petit bâtiment lève encore un front têtu dans la campagne.

vendredi 30 juillet 2021

Mende, au bord du lot

Le dos calé sur l'ouvrage ferroviaire du Translozérien qui traverse Mende d'un grand mur de basalte, et face au soleil, en compagnie de Martin, qui les yeux mi-clos, fait ce qu'il nomme une "demi-sieste", assortie de quelques considérations sur mon dessin. Comme interloqué par notre présence sur le banc, un passant nous jette sans mot dire un œil où Martin discerne une part de mépris, voire de réprobation. Sans doute ce passant n'a t'il pas d'autre expression à sa disposition pour signifier que nous n'habitons pas, à ce moment-là, le même monde. Pourtant on est dimanche et mon activité est parfaitement dominicale ! ne dit-on pas "un peintre du dimanche" ?
 

mercredi 19 mai 2021

dimanche 1 novembre 2020

vendredi 30 octobre 2020

Salers




 

Artoux en son cirque : octobre 2020 sous le vent de la tempête


 Extrait du grand carnet du Cézallier. La hêtraie couleur de vieux cuivre.